Skip directly to content

Pourquoi pas « crowdsourcer » vos divagations stambouliotes ?

on mar, 11/08/2011 - 13:51

Par Julien Le Bot

L’information locale est une chose quand on est chez soi. C’est une toute autre affaire quand on voyage ! Question : ne pourrait-on pas imaginer un outil pour consulter les indigènes et flâner tranquillement à l’écart les traquenards (à touristes) ? Elément de réponse dans le Bosphore, avec WizardIstanbul.     

Le secret des sources n’a de sens que dans certaines circonstances : pour protéger ceux qui vous livrent une information confidentielle susceptible d’éclairer utilement les citoyens, par exemple, ou pour éviter la confusion entre (devoir de) justice et liberté d’informer. Le « crowdsourcing », dont on parle tant dans les médias, sur les réseaux sociaux et autres sites spécialisés, n’a rien à voir avec ces enjeux, quand bien même il s’agit d’un type de dispositif permettant de recueillir hors des « circuits traditionnels » des connaissances, des savoirs dispersés, des témoignages éparpillés ou, parfois, de l’information au sens journalistique.

En l’occurrence, WizardIstanbul est un bel exemple de ce qui, à l’échelle d’une ville, peut être inventé pour créer des réponses collectives, souvent générales mais aussi parfois assez précises, à des besoins individuels. L’émission Yourope, diffusée le 6 novembre dernier sur Arte, a diffusé un reportage (à la mise en scène assez kitsch, conformément à la grammaire télévisuelle contemporaine) sur ce site « crowdsourcé » fondé par un stambouliote, Mehmet Cihangir.

Ce dernier, explique le journaliste Michael Stocks, a mis deux ans avant de réussir à formaliser cet outil original qui peut désormais être utilisé par toutes celles et ceux qui, de passage à Istanbul, ont envie d’aller voir au-delà des chemins balisés par Le Routard et autres Lonely Planet. Et 30 000 personnes ont déjà utilisé ce service à Istanbul. 

Comment fonctionne WizardIstanbul ?

Vous venez d’arriver à Istanbul. Vous êtes modernes, vous êtes outillés d’un smartphone ou d’une tablette (c’est plus commode pour la mobilité), vous baragouinez « globish » (un anglais d’aérogare valable pour le « duty free », le « low cost », et les «week-ends »), vous avez trois possibilités pour contourner, avec WizardIstanbul, les guides touristiques :

1/ Vous pouvez poser une question via un simple formulaire,

2/ Vous pouvez poster votre demande via Facebook après avoir posté sur votre profil une photo de Sainte-Sophie,

3/ Ou vous pouvez twitter votre état d’âme pour repérer le-rade-qui-vous-convient.

Théoriquement, quelques minutes plus tard, vous recevez votre réponse (personnalisée, adaptée à vos besoins) !

C’est un service gratuit pour les usagers, soutenu par les ministères turcs de la Culture et du Tourisme, et ça marche, selon le journaliste Michael Stocks, à peu près à tous les coups. Exemple : vous cherchez la Süddeutsche Zeitung à Istanbul parce que vous êtes mordu de ce canard (format papier, vous n’êtes pas à un paradoxe près), il vous suffit de le demander. En quelques minutes, vous avez votre réponse.

Dans « crowdsourcing », il y a « crowd » : la « foule », en anglais. Les sources de WizardIstanbul ? Une communauté de contributeurs prêts à vous aider, (à peu près) en permanence. Bien entendu, ceci n’est pas un modèle de développement (durable), mais c’est une piste intéressante. Chacun (des stambouliotes qui le souhaitent) est en mesure, avec ce site, de conseiller (avec bienveillance et compte tenu de ses connaissances) ceux qui passent, ceux qui transitent et qui, en peu de temps, ont envie d’apercevoir un peu de ce qui ne se retrouve pas toujours dans un Petit Futé.

Bien entendu, sur WizardIstanbul, il y a de l’aléatoire, il n’y a nulle obligation, et ce n’est pas nécessairement aussi confortable qu’un guide (encore que !). Qu’on se rassure : sur le site, tout est prévu avec un guide de voyage en bonne et dûe forme en téléchargement libre (en Creative Commons s’il-vous-plaît) !  

---  

P.S. : Pour prolonger la réflexion sur l’avenir des guides touristiques à l’heure du numérique, il existe ce billet de blog (orchestré par un certain John Bell) : http://johnbell.typepad.com/weblog/2011/06/will-data-the-crowd-or-personal-guides-deliver-the-golden-age-of-travel.html

Crédits photos : @morpheus1983, et capture d’écran du site WizardIstanbul.