Skip directly to content

N0tice change de braquet avec une boîte à outils pour partager l'information hyperlocale

on lun, 05/28/2012 - 08:21

Par Julien Le Bot

Révolution tranquille de la semaine dernière sur le front hyperlocal : la mise en ligne d'une "boîte à outils" ("toolkit" pour les intimes) proposée aux internautes par l'équipe de N0tice (adossé au groupe The Guardian), dont Yakwala a déjà parlé sur ce blog. Objectif du site britannique : permettre à toutes les communautés locales de structurer elle-mêmes leurs informations. Un parti pris audacieux qui ne peut qu'encourager Yakwala dans le développement de son offre.  

Là où N0tice avait, depuis quelques mois, initié le mouvement, il semble bien qu'un cap industriel soit sur le point d'être (magistralement) franchi. Cette fois, au-delà du N0tice.com (c'est-à-dire des murs d'infos géolocalisés que l'on peut et doit voir comme des déclinaisons contemporaines des "noticeboards", ou panneaux d'affichages des mairies), l'équipe a souhiaté mettre à disposition de son (ou plutôt ses publics) un certain nombre d'outils permettant de faire, à proprement parler, de l'hyperlocla. Autrement dit, de partir des territoires - et des leurs "forces vives" comme on dit parfois - pouyr construire l'information. Ce qui se traduit par trois mots clés : Mobile, Web, et Data.

Pour détailler à très grands traits ce qui distingue cet "Open Journalism Toolkit", on peut retenir :

1/ Une version mobile (annoncée sur i-Phone, mais toujours en chantier) pour "live-bloguer" des infos locales.

2/ La mise à disposition d'un outil de "crowdmapping" (via GMap ou Open Street Map) permettant à toute communauté de construire, sur une carte, des infos partagées. A cet égard, les "tutoriels", comme on dit dans la jargon, sont remarquables : quelle clarté ! 

3/ Le credo selon lequel on peut permettre à des communautés de se structurer autour d'une plateforme souple dont l'usage est à la fois simple, et dont la régulation est communément partagée par des groupes locaux.

4/ Le recours aux API doit permettre à tout un chacun de récupérer et/ou de partager, dès qu'il le souhaite, des flux d'informations pertinents. Là aussi, le mode d'emploi est on ne peut plus explicite. A la limite, n'importe quel internaute, avec un peu de patience et de débrouille, pourra en effet s'appuyer sur ce dispositif

5/ Last but not least, ce type d'approche (hyperlocale) postule qu'un tel dispositif, loin de se cantonner au partage d'informations micro-locales, permet au contraire d'intensifier les échnages à l'échelle du territoire - pour les particuliers, mais aussi pour les professionnels.      

Sur ce point, le site mise sur des besoins à la fois différenciés et complémentaires selon les profils des internautes : particuliers, développeurs, commerces locaux, médias, chacun a droit à son (droit d'entrée sur) N0tice.   

Yakwala partage ce souci des intérêts des uns et des désirs des autres. Mais il semble possible (et souhaitable) d'aller plus loin, et c'est ce sur quoi l'équipe de Yakwala travaille. Le volet "Data" est à cet égard peu exploré par N0tice : si des API permettent à tout un chacun de récupérer son fil d'infos locales, quid de l'Open Data (au sens large) ?  

Yakwala veut explorer cette même façon de penser le partage d'informations hyperlocales, la structuration de communauté, la mise à disposition d'outils et de solutions adaptées à tous les publics, mais en y ajoutant tout ce que les données peuvent apporter - du point de vue du service, ou de l'information. A caractères pratique ou économiques. Pour prolonger autant que faire se peut cette immersion de ces utilisateurs dans l'intelligence, en temps réel, des territoires.   

---

Crédit : Capture d'écran du site N0tice.org