Skip directly to content

Google Map cartographie (aussi) les frontières intérieures

on mer, 11/30/2011 - 09:43

Par Julien Le Bot

La géographie n'a pas de frontières. Ou plutôt, si elle en a, c'est du côté de l'intime ou, tout au moins, de ce qui est intérieur. Le bâti, c'est généralement la limite de la cartographie. Google a décidé de bousculer ce modèle en s'arrêtant au seuil de nos quotidiens hyper-urbains, climatisés et mondialisés : qui a seulement pris le temps de cartographier les aéroports internationaux ou les centres commerciaux pour les rendre intelligibles aux nomades (que nous sommes devenus), armés de smartphones? C'est (désormais) chose faite.  

Où commence l'espace public, où s'arrête la propriété privée ? L'intime est une notion insaisissable à l'heure du web. Le monde reste une énigme. Bien entendu, on objectera que la littérature a de longue date pris le temps de dresser des cartes du Tendre ou des paysages intérieurs. C'est autre chose. Google a décidé de s'attaquer au problème de ces (immenses) extensions de territoires communs que sont devenus les aéroports, les gares, voire les centres commerciaux.  

Le blog officiel de Google donne dans une vidéo une belle idée de ce que cette nouvelle GMap (disponible notamment sur Android) pourrait permettre :

En quelques mots, c'est donc une nouvelle façon de concevoir la "boussole urbaine" que nous cherchons tous : où que vous soyez, et sans avoir à télécharger une application spécifique au lieu où vous vous trouvez, vous pouvez repérer le bon aérogare, chercher le kiosque de presse, vérifier que vous êtes au bon étage ou vous diriger vers la borne de taxi dont vous avez besoin, mais que nous ne trouvez pas. En un certain sens, c'était une innovation  nécessaire : après avoir pris le temps de cartographier (presque toutes) nos villes en sillonnant les rues, il fallait prolonger l'expérience et s'emparer de ces nouveaux "espaces publics" - quand bien même, d'ailleurs, ils seraient privatisés - pour mieux appréhender nos trajets quotidiens (ou extraordinaires).

Pour le coup, avec cette nouvelle façon de concevoir la géographie de sa Google Map, le géant de Mountain View est fidèle à son credo : être pratique, utile, pertinent pour l'utilisateur, tout le temps, partout. 

Décidément, il est de plus en plus difficile de flâner. Plus d'excuse possible, finalement : on ne plus se perdre. Qu'y gagne-t-on, d'ailleurs ? Avec de tels outils, ne faut-il pas conquérir de nouveaux espaces intérieurs ?    

Crédit : @ Victor Brito (Licence Creative Commons)